lundi 10 juin 2013

Stage de Feng Shui, les 6 et 7 juillet à Toulouse.

Initiation du Feng Shui traditionnel des Etoiles Volantes.


FENG SHUI –  L’HARMONISATION DE NOS LIEUX DE VIE


Le Feng Shui, littéralement « Vent et Eau », est un art ancestral chinois qui met l’étude du qi (énergie) au service des lieux et des personnes.
Le but est d’harmoniser les uns avec les autres, afin que chacun soit à la bonne place et ainsi créer un environnement de vie optimal.

Idéalement, l’étude intervient avant l’entrée dans un lieu.
Lorsque l’installation est déjà faite, le consultant apportera son éclairage et des conseils d’aménagements, le cas échéant.

Grâce à cet art, nous pouvons améliorer notre cadre de vie, nos relations, renforcer notre énergie vitale, notre prospérité, notre santé.

Contenu de la formation :

-     ce qu’est le Feng Shui, ce qu’il n’est pas ;
-     ses fondements : le Tao, le qi, le yin et le yang, les 5 énergies, les cycles, la montagne et l’eau ;
-     les trigrammes, le Ming Gua ;
-     le système est/ouest (Ba Zhai Fa), les bonnes orientations ;
-     l’utilisation de la boussole, les montagnes…
-     le Feng Shui de la forme, les totems célestes ;
-     le Feng Shui des Étoiles Volantes : définition, correspondances, les cycles, périodes, qualités, établissement d’une carte, les cartes particulières.
-     interprétations, exemples.

Le déroulement de ce programme est indicatif. Le contenu pourra varier, en plus ou en moins, en fonction du niveau de connaissance et de suivi des participant(e)s.

Toutes les précisions sont ici


vendredi 7 juin 2013

Jubilé de Roberto Alagna : 50 ans - les 4 piliers de sa destinée

Roberto ALAGNA : un diamant façonné par la terre de ses ancêtres.

Aujourd’hui, le 7 juin 2013, Roberto Alagna fête ses 50 ans et, par la même occasion, change de décennie aux yeux de l’astrologie chinoise. Un détour du côté de ses Ba Zi s’imposait, pour célébrer ce jubilé d’une part, et en guise  d’hommage* d’autre part !

Observons son thème :
 


Plus yin (69 %) que yang (31 %), né une année yin, et avec un tronc de l’année totalement yin, cette répartition est quelque peu déséquilibrée pour un thème masculin et indique une difficulté à exprimer son côté yang.
Roberto était sans doute un petit garçon timide, introverti, plus réceptif qu’actif.
L’énergie yang a pu commencer à s’exprimer à partir de 10 ans (apportée par la décennie), et avec l’adolescence, au sein de la cellule familiale, dans la relation avec ses parents notamment.
« Enfant, j’étais transparent, rêveur et déconnecté de la réalité. (…) Tout le monde s’agitait autour de moi en m’ignorant. Je suis devenu visible aux yeux des autres grâce au chant, à 12 ans. » 1

Il n’y a pas d’énergie manquante dans sa structure, mais la Terre occupe 50 % du thème ! En deuxième position arrive le Feu ; ces deux éléments sont dynamiques, donc forts.

Le Maître du Jour, Xin, est Métal yin.
Ses mots clés sont : justice, droiture, altruisme, courage, fermeté, ferveur, élégance.
Le Métal symbolise l’esprit de décision, la capacité de jugement, la volonté, la concentration. Il sait ce qu’il veut et n’aime pas renoncer ou revenir sur ses idées.
Au négatif, il peut devenir insolent ou agressif, les paroles peuvent être tranchantes.

Les acteurs, comédiens, communicants ont souvent un lien avec Xin ; ils cherchent, trouvent, créent des moyens pour s’exprimer, toucher les autres – souvent de façon originale et/ou novatrice. Xin est le Métal taillé, travaillé, la pierre précieuse qui brille de mille feux, et incarne beauté et raffinement.

Une des surprises du thème est qu’ici le Métal représente aussi la fratrie, qui occupe une place importante dans sa vie mais qui dans le thème apparaît lointainement, dans les troncs cachés…

La Terre, qui occupe à elle seule la moitié du thème, représente les ressources. Elles sont donc conséquentes ! Elles symbolisent le soutien de la mère, des enseignants, les études, l’apprentissage, les conseils, la connaissance…
On peut affirmer que Roberto Alagna est très bien soutenu. D’ailleurs il est le premier à rendre hommage à ses parents (son clan et la tradition familiale sicilienne en élargissant) et à ses professeurs qu’il cite souvent. Des ressources importantes génèrent aussi un sentiment de reconnaissance, voire d’être redevable d’une certaine façon.
« Vos parents vous suivent toujours en tournée ? Quand ils le peuvent, bien sûr. C’est important pour moi. Ce sont eux qui m’ont donné la vie, ce talent. Je leur dois tout. Je leur serai éternellement reconnaissant. Quand on vous fait un tel don, il faut le rendre au centuple. » 5

Beaucoup de Terre apporte une tendance à la nostalgie, voire la déprime (ou plus), en fonction des événements vécus.
« J’ai peur du bonheur. (…). Depuis (ndlr : le décès de sa première épouse), j’essaie d’être heureux, mais jamais à 100 %. Je sais que, lorsqu’on atteint cet état, un truc négatif surgit derrière. » 1

Souvent, et du moins au niveau théorique, on considère qu’une personne qui a de fortes ressources risque d’avoir quelques difficultés avec ses « productions » (ici représentées par l’Eau). Simplement parce qu’en étant fort soutenu, on peut faire preuve de paresse et ne pas savoir mettre à profit son bagage. Ici, il n’en est rien ! Des productions, il y en a ! Et beaucoup, et variées ! Et toute la famille participe.
Pour autant, il dit souvent : « je n’ai jamais rien demandé », « je n’ai pas d’ambition, je laisse venir les choses à moi », « jamais je n’ai eu à provoquer les choses » !
En clair, il ne force pas les productions, ça se fait tout seul. Merci les ressources !

Ensuite vient le Bois, énergie la plus faible de la structure. Il représente la richesse (biens matériels, possessions) et l’épouse. Bien que Roberto Alagna brasse beaucoup d’argent, a priori, il n’amasse pas : aussitôt entré, aussitôt sorti.
« Je gagne bien, mais je dépense superbien. Il ne reste rien à la fin. (…) Dans la vie, je n’ai besoin de rien, je vis ma passion et j’ai ma famille. Avec le décès de ma première femme, j’ai réalisé que les biens matériels n’avaient aucune importance. » 1
En ce qui concerne l’épouse, ce n’est pas le domaine le plus solide ni le plus important dans son thème. D’ailleurs, la déité « épouse » est inexistante dans ses piliers… Il est préférable a priori pour une femme de rester sa maîtresse ou sa concubine. Et on pourrait aller jusqu’à dire que le mariage ne lui est pas forcément favorable : la conjointe est représentée par « Si » (Feu yin) et cherche donc (symboliquement) à le contrôler, le dominer, ce qui peut poser problème. Cependant, la Terre épuise en partie ce Feu et fait tampon.
« J’ai souvent été amoureux. De plusieurs personnes à la fois. » 1

Enfin, l’énergie Feu est forte et parle du pouvoir, du statut, des enfants, des conseillers et managers… C’est aussi ce Feu qui lui donne la passion, l’enthousiasme, la fougue. Côté relations humaines, Roberto Alagna considère sa fille comme son « chef d’œuvre » et elle tient une place prépondérante dans sa vie, même si cela est également source de grandes frustrations.
En effet, sa soif de recherches, de connaissances (sa passion pour le chant, l’attrait de nouveaux rôles, l’envie de creuser dans ses racines pour s’illustrer dans d’autres registres,…), l’entraîne dans des déplacements sans fin et l’éloigne de sa fille, créant frustration et culpabilité.
« Pendant longtemps, j’ai détesté New York. Car ma fille était petite, sa maman était décédée, et je culpabilisais de la laisser chez mes parents. Je ne voyais pas alors la beauté qui m’entourait. Mon esprit était toujours avec ma fille. Quand j’étais à New York, j’étais loin, ça me déchirait. Je ne le supportais pas. » 2

La structure du thème recèle un nombre important d’ « Étoiles symboliques », qui lui apportent :
  • des succès sentimentaux, ou du moins de nombreuses opportunités ; la prochaine décennie est, à ce titre, favorable ;
  • des indices de nombreux déplacements, changements, voyages ;
  • des aides et soutiens ;
  • des facilités d’apprentissage, voire des talents d’écrivain (notamment dans la décennie qui vient).

Mais il y a aussi des aspects plus difficiles : blessures, destructions, punitions,…
A ce propos, la décennie qu’il commence avec ses 50 ans est assez « chargée » :
  • un clash (Zi/Rat ó Wu/Cheval) qui annonce que la paix sera difficile à trouver ; symboliquement, c’est le combat entre les ténèbres (le nadir) et la lumière (le zénith).
  • une punition (Zi/Rat ó Mao/Chat) que je ne détaillerai pas ici, mais il conviendra de faire attention à certaines attitudes et à la façon dont elles peuvent être perçues.
C’est aussi la décennie durant laquelle, vu le rythme de ses activités actuelles, il lui faudra sans doute « lever le pied » ; l’envisage-t-il avec sérénité ?…

La structure du thème de Roberto Alagna est « Pian Yin » : ressource indirecte.
Elle donne un potentiel particulier pour sortir du commun et créer et faire partager une vision originale (voire excentrique) de ses idées, de son art, de sa pratique. Dans tous les cas, non conventionnelle.
« Nouveau coup de tonnerre : la prise de rôle en 1994 du Roméo de Gounod (Roméo et Juliette). Le wonderboy du lyrique affirme un chant à la sensibilité et la diction jamais entendues. On lui cherche des précurseurs : Vanzo ? Thill ? Non : lui seul aura apporté dans le chant français tant de noblesse et de poésie. Il entre de droit dans l’histoire de l’opéra et, en 1995, reçoit pour cette incarnation la plus haute distinction théâtrale britannique, le Prix Laurence Olivier. Fêté dans le répertoire italien, il devient unique et indispensable dans le répertoire français. » 3
« En 2004, lorsque je décide de sortir un album consacré à Luis Mariano, c'est contre l'avis de tous et même de mes proches. Selon eux, cela faisait trop ringard. Et puis ça a marché. Les gens se rendent compte de ma sincérité. Chez moi, rien n'est truqué ! » 4

C’est également une structure à tendance mystique, croyante, possiblement superstitieuse.
Elle incite à s’intéresser aux phénomènes étranges, inexpliqués, à donner de l’importance à ses désirs, ses rêves et à tenter de les réaliser, contre vents et marées, si le natif est profondément convaincu par sa démarche.
« Chanter est un acte d’amour. Avec l’opéra, on peut atteindre le sublime. Et provoquer la chair de poule. C’est une sensation surnaturelle, inexplicable. La preuve que Dieu existe… » 5
« Je crois en une force divine. Dans l’univers, tout sert à quelque chose, tout est pensé. Rien n’est hasard. » 1

Si nous regardons maintenant son « jardin intérieur », nous voyons une grande étendue, légèrement vallonnée ; aucune eau ne vient de la terre (mer, lac, rivière,…), juste un peu de pluie ;  une végétation basse et réduite, entretenue par quelques jardiniers et bûcherons qui frôlent le chômage technique ! Le soleil, la lumière et la chaleur irradient, sans qu’il s’agisse d’un climat caniculaire.
En résumé, ce paysage est plutôt aride, sec et chaud. Il semble évident qu’avec plus d’eau, ce jardin deviendrait plus fertile et donc plus accueillant.

Dans ce thème, c’est l’Eau qui est le principal « pivot », c’est-à-dire l’énergie qui rééquilibre le tout, donc les productions. Visiblement, il l’utilise et c’est très bénéfique pour son équilibre !
Ici, l’Eau c’est aussi la prospérité, l’exigence, la création artistique, la scène, la motivation, l’instinct de se lancer dans des projets originaux et donc inattendus…
Nul doute que Roberto Alagna ait su mettre tous ces ingrédients dans sa vie.
À l’occasion de ce jubilé, je lui souhaite santé, prospérité et longévité ;-)


Michèle Chatillon - 7 juin 2013.


Références :

1. Interview indiscrète - Par Didier Dana.


2. http://www.jimlepariser.fr/roberto-forever/ - Par Elisabeth Guédel, à New york

3. Sylvain FORT - http://www.robertoalagna.net/

4. L’Union - Propos recueillis par Corinne LANGE

5. Notre Temps - mars 2013

 crédit photo : Roberto Alagna - page FB 


* J’assume mon côté fan ;-) Je suis son parcours avec intérêt et admiration depuis de nombreuses années.

PS : actuellement, Roberto Alagna est en tournée dans les Zénith de France avec son spectacle "Little Italy" ; s'il passe près de chez vous, courrez-y ;-) 

mercredi 5 juin 2013

Bienvenue Soleil :-)

On l'espérait depuis des semaines... il est là... profitons-en... tout le monde dehors !